L’enseignement à Kanshoji

La spécificité du zen est la transmission de l’enseignement bouddhiste en dehors des écritures, de personne à personne.

À Kanshoji, l’enseignement est donné par Taiun Jean-Pierre Faure, qui a reçu la transmission du Dharma de Dônin Minamisawa Roshi, vice-zenji du temple de Eiheiji.

L’enseignement de Taiun Jean-Pierre Faure s’appuie sur celui de Shakyamuni Bouddha réécrit à chaque époque.
Il prend les différentes formes traditionnelles du zen sôtô (voir aussi page « Bouddhisme Zen Sôtô »).

Tous les enseignements sont traduits en anglais.

Kusen

Enseignement oral donné durant zazen

Le kusen est l’enseignement oral donné par le maître pendant zazen.

Ce n’est pas de la littérature. Les phrases sont simples, courtes, directes. Le kusen s’adresse au cerveau profond, au cœur du disciple ; le disciple ne doit pas chercher à le comprendre par le mental.

Aspirer à l’absolu

Kusen de Taiun JP Faure, à Kanshoji le 2 juin 2018

Nous secrétons des pensées. Avec ces pensées, nous échafaudons des théories, nous adoptons des croyances, nous nous accrochons à des superstitions. Nous avons des préférences : on aime ceci, on n’aime pas cela. Notre vie se déroule dans ce dédale de pensées, de constructions mentales, de croyances, de superstitions, de préférences.

Si l’on n’y prend pas garde, cette activité mentale et psychique peut affecter notre liberté, modifier nos choix, réduire notre ouverture du cœur.

La vie, c’est la vie. La vie se suffit à elle-même.

En zazen, nous ne tenons pas compte de ce qui apparaît à notre conscience, que ce soient des pensées, des points de vue, des émotions, des attachements. Cela apparaît et disparaît de lui-même. Nous retournons alors à quelque chose de plus profond et d’éternel : l’existence pure.

Dans notre vie, nous sommes bombardés à chaque instant d’une masse d’informations plus ou moins vraies, nous sommes bouleversés par tout ce qui se passe autour de nous. C’est comme cela que nous en venons à mener notre vie en nous appuyant sur nos conceptions, nos théories, nos superstitions. Mais zazen se situe au-delà de nos fonctionnements habituels : seulement assis sans bouger devant ce qui apparaît et ce qui disparaît à la conscience.

C’est comme cela que nous renforçons notre élan vital, pas seulement l’énergie mais aussi l’aspiration, l’aspiration à l’infini, l’aspiration à l’absolu. Cela permet à la vie de couler librement, totalement, sans contraintes. Nous goutons ainsi à l’existence pure, qui est toujours là mais que nous piétinons trop souvent par nos commentaires nourris des trois poisons : l’avidité, l’aversion et l’ignorance.

Pour cela, il suffit de se tenir droit, la tête sur les épaules, la nuque dans le prolongement du dos, et de laisser aller et venir toutes choses, sans intervenir.

En zazen, nous donnons la première place à ce qui est. Nous abandonnons momentanément nos commentaires, nos théories, nos attentes, nos peurs.

Cette expérience de zazen a le pouvoir de changer nos vies, pas à pas, aussi doit-elle être faite sans compromis, sans concessions, sans aménagements.

Que fait-on en zazen ?

Kusen de Taiun JP Faure - Avril 2018Le soleil brille sans ego, la pluie tombe sans ego, l’univers tourne sans ego. L’être humain, lorsqu’il vit sans ego, est appelé Bouddha.Assis immobile, la respiration allant et venant librement,…

La pratique impressionnante et maintenue des Bouddhas

Kusen de Taiun JP Faure - Mars 2018Lorsque nous montons à la salle des nuages [le dojo], il faut savoir ce que l’on va y faire.On vient s’asseoir shikantaza, seulement s’asseoir. Chaque fois que nous prend l’envie de faire…

L’être humain vivant

Kusen de Taiun JP Faure - samedi 31 mars 2018Les maîtres zen mettent à la première place l’être humain totalement vivant, plutôt que l’être humain pensant.Maître Dôgen écrit : « Celui qui a foi dans la Voie du Bouddha…

Shosan

Rencontre avec l’abbé

Le maître parle librement du Dharma en présence de ses disciples, autour d’une tasse de thé.
Enseignement en relation avec les situations rencontrées chaque jour.

Un monastère n’est pas grand parce qu’il a beaucoup de disciples.
Il est grand parce qu’on y pratique shosan chaque jour.
Maître Dôgen

Zen et psychanalyse

" [...] Le zen est un tout autre propos, qui n’est pas de réparer l’égo, de le rendre compatible avec la société avec ses semblables. Le zen s’occupe de problèmes d’une autre nature [...]"

Shôsan sur le bouddhisme engagé

Les prémices de ce shôsan sont un film, Le vénérable W, à propos d'un moine birman qui incite au racisme à l'égard de l'Islam.J'ai des réserves à l'égard du bouddhisme engagé qui glisse vers la politique. Ce moine, qui montre…

Mondo

Questions / Réponses

Le mondo est l’occasion pour le disciple de poser une question au maître sur des aspects de l’enseignement et de sa réalisation dans la vie quotidienne.

Teisho

Enseignement bouddhiste sous forme de conférences

Kongôkyô, le Sûtra du Diamant (Taiun Jean-Pierre Faure)

Je voudrais vous présenter quelques aspects du Sutra du Diamant qui vous donneront peut-être envie de le lire, et surtout de le pratiquer.Le diamant est ce qu’il y a de plus précieux. J’ai appris qu’il existe une étoile constituée…

Être moine aujourd’hui en Occident (Taiun JP Faure - Colloque AZI)

L’être humain, animal religieux L’absolu est présent au cœur de tous les phénomènes de l’univers ; la Voie est pratiquée par tout l’univers naturellement, inconsciemment, automatiquement.De là, la question que se posait…

Témoignage sur la vie monastique (Yashô Valérie Guéneau - Colloque AZI)

 Comme vous le remarquez, on peut vivre dans un monastère depuis de nombreuses années et être tout à fait normal ! Dans notre sangha AZI, certains imaginent les moines et nonnes vivant dans un monastère comme des « extraterrestres »,…

Poèmes

Emissions Sagesses Bouddhistes

  • Comprehension du Bouddhisme par les occidentaux, difficultés et pièges.
  • La relation maître disciple
  • La résonance dans la voie du Bouddha
  • Le désir d’appropriation, sources de toutes les souffrances