Kanshoji

KANSHOJI, Monastère de la Lumière de Kannon

Kanshoji est un monastère bouddhiste zen Sôtô, situé en France.
En Dordogne, au cœur du parc naturel Périgord-Limousin, il surplombe un grand lac entouré de forêts.
La tranquillité et la beauté de la nature en font un lieu idéal pour pratiquer la Voie de Bouddha.
Ce monastère bouddhiste est une école de vie ouverte à tous ceux qui souhaitent découvrir, approfondir et mettre en pratique l’enseignement du Bouddha.
Il a aussi vocation de former des moines et nonnes qui à leur tour transmettront cet enseignement.
Son abbé, Taiun Jean-Pierre Faure, a reçu l’ordination de moine de Taisen Deshimaru Roshi et a été certifié enseignant du zen Sôtô par Dônin Minamisawa Roshi.
Il enseigne selon les fondements de notre école et donne par ailleurs un enseignement vivant, correspondant aux situations rencontrées.
Vivre dans un monastère bouddhiste zen, c’est pratiquer l’enseignement de Bouddha dans toutes les actions de la vie quotidienne.
C’est suivre un mode de vie juste, dans le respect de l’autre.
Les personnes qui viennent faire une retraite vivent en totale interdépendance avec les résidents et partagent l’ensemble de leurs activités.

La voie de la compassion

Kanshoji signifie littéralement : Temple de la lumière de la compassion.

Kan, Kannon : bodhisattva* de la compassion
Sho : lumière
Ji : temple.

Dans le bouddhisme, l’éveil est sagesse et compassion. C’est à partir de son éveil que Bouddha est devenu l’Omniscient, le Grand Compassionné.

Par la pratique de la méditation, l’esprit se rend disponible et voit les choses telles qu’elles sont ; le cœur s’ouvre à la non-séparation entre moi et l’autre. Le bonheur de l’autre devient mon bonheur, sa souffrance ma souffrance.

Kannon (Kan : voir ­ On : le son) est celui qui voit le son du monde ; il voit et entend la souffrance des êtres humains.

C’est à partir de l’unité avec l’autre que nous vient la réponse juste à sa souffrance.

Sutra des quatre vœux du bodhisattva

Si nombreux que soient les êtres,
je fais vœu de les libérer tous.
Si nombreuses que soient les passions,
je fais vœu de les dépasser toutes.
Si nombreux que soient les dharmas,
je fais vœu de les pratiquer tous.
Si parfaite que soit la voie du Bouddha,
je fais vœu de la réaliser.

Lignée

Taiun JP Faure, l’abbé, entretient un lien étroit avec son maître Dônin Minamisawa, fondateur du monastère Kanshoji car le zen se transmet de personne à personne, dans une relation intime de totale confiance : la relation maître-disciple.

Taiun Jean-Pierre Faure, l’abbé de Kanshoji

Maître Dônin Minamisawa, fondateur du monastère Kanshoji.

Taiun Jean-Pierre Faure, l’abbé de Kanshoji, reçoit en 1981 l’ordination de moine de maître Taisen Deshimaru et devient son disciple. Vingt ans après la mort de maître Taisen Deshimaru, il reçoit la transmission du Dharma de maître Dônin Minamisawa et devient enseignant certifié de l’école zen Sôtô.

Il entretient un lien étroit avec son maître Dônin Minamisawa, fondateur du monastère Kanshoji car le zen se transmet de personne à personne, dans une relation intime de totale confiance : la relation maître-disciple.

Il y a 2600 ans, en Inde, Bouddha Shakyamuni s’éveille assis en zazen sous l’arbre de la bodhi. Depuis, cette pratique s’est transmise sans interruption, de de génération en génération, jusqu’à aujourd’hui. En hommage à cette transmission, nous récitons notre lignée chaque matin au monastère.

Au VIème siècle, venant du Sri Lanka, Bodhidharma arrive en Chine, où l’expérience de l’éveil se développe sous le nom de Ch’an.

Au XIIIème siècle,maître Dōgen, à son retour de Chine, implante au Japon le zen Sōtō, il fonde le monastère de Eiheiji.

Deux générations plus tard,maître Keizan continue l’œuvre de maître Dôgen et fonde le monastère de Sôjiji.

En 1967, Taisen Deshimaru se rend en Europe et enseigne la pratique du zen. Jusqu’à sa mort, en 1982, il éduque de nombreux disciples, ouvre plus d’une centaine de lieux de pratique, crée l’Association Zen Internationale (AZI), et fonde le temple zen de La Gendronnière, dans le Loir-et-Cher.

Yashô Valérie Guéneau, disciple de l’abbé, parle de la relation Maître-Disciple au cours de l’émission Sagesses Bouddhistes de France 2

Qui vit ici ?

Des résidents vivent toute l’année à Kanshoji. Parmi eux, des moines et nonnes amenés à transmettre un jour l’enseignement du Bouddha y reçoivent une formation.

D’autres viennent au monastère pour une retraite de quelques jours, quelques semaines, voire quelques mois… Ils y découvrent l’enseignement du Bouddha et le mettent en pratique dans la vie quotidienne.

Pratique quotidienne

Maître Deshimaru dit : « Le zen, c’est zazen et toutes choses de la vie. » Zazen (la méditation sans objet) consiste à s’absorber totalement dans la posture assise, seulement cela, rien d’autre.

C’est avec ce même esprit que nous nous absorbons dans chaque activité de la vie quotidienne, présent au monde dans l’instant en s’oubliant soi-même. C’est ainsi que nous pouvons répondre de tout notre cœur à la situation qui nous échoit.

Horaires d’une journée type :
5.30lever
6.00zazen – cérémonie – petit-déjeuner traditionnel
8.20vaisselle, épluchage des légumes, nettoyage
9.15thé-café, rencontre avec l’abbé
9.30activité au service de la communauté (samu)
12.30déjeuner
14.30samu
17.30douche et temps libre
18.30dîner
20.15zazen
21.00coucher

Faire les choses de tout son cœur,
comme elles doivent être faites,
sans rien en attendre pour soi.
Tsugen Narazaki.

C’est ce que nous pratiquons en zazen, lorsque nous chantons les sutras, ou prenons les repas en silence… lorsque nous désherbons le potager, nettoyons le monastère, ou coupons les légumes …

Le vrai bouddhisme se cultive au cœur de notre vie quotidienne.
Kohô Chisan

Toutes les actions d’une journée expriment notre gratitude pour la vie qui nous est donnée.

Retraites

Retraite vie quotidienne

Cette retraite d’au moins 5 jours permet de découvrir l’enseignement du Bouddha à travers l’expérience de la vie monacale.

Dans le monastère, une grande attention est portée aux autres ; la Voie du Bouddha nous apprend à vivre en paix les uns avec les autres.

On n’entend bien que dans le silence, on ne voit bien qu’avec l’œil de sagesse, le regard tourné vers l’intérieur. Voilà pourquoi il est demandé de protéger le silence et de maintenir une certaine sobriété dans nos rapports avec les autres.

À votre arrivée, vous vivez dans la solitude une période de silence de un à deux jours. Durant cette période, vous pratiquez zazen plusieurs fois par jour. Le reste du temps, vous restez seul face à vous-même. Après cette période, vous rejoignez les moines et nonnes dans toutes les activités du monastère.

En général, la journée commence à 5h30 par la pratique de zazen ; le temps se partage ensuite entre cérémonies, enseignements, tâches de la vie quotidienne et rencontres. La journée se termine par la pratique de zazen, le coucher est à 21h30.

Afin de préserver la qualité de votre retraite, nous vous demandons de ne pas utiliser votre téléphone ou tablette.

Pour effectuer une retraite à Kanshoji, il est nécessaire de prendre contact avec le secrétariat, par internet secretariat@kanshoji.org ou par téléphone :+33(0)553520635.

Prochaine période de retraite de vie quotidienne : 21 septembre – 26 octobre et du 5 novembre – 20 décembre 2018

Retraite mensuelle

Tous les mois, le monastère organise une retraite (sesshin*)

On s’absorbe dans la pratique de zazen, et à partir de là dans chaque action de la vie quotidienne. C’est ainsi que l’on vit pleinement l’instant présent, l’esprit calme, vaste et clair.

On abandonne son égoïsme, on s’harmonise avec les autres, on suit la vie cosmique.

Les nouveaux pratiquants reçoivent une initiation au zazen la veille de la sesshin et sont encadrés tout au long du week-end par les moines.

Dates et inscriptions : Calendrier

Retraite d’été

Au cours de cette retraite de dix jours, chacun revient, par la pratique de zazen, à la simplicité et à la sobriété. C’est le retour à la condition normale. Cette condition normale se prolonge dans l’activité quotidienne et la rencontre avec les autres.

L’esprit apaisé, on peut répondre avec sagesse et compassion à nos problèmes existentiels et aider les autres existences à y répondre.

Un encadrement spécifique est prévu pour tous les nouveaux pratiquants, comportant des initiations aux différentes formes de pratique du zen Sōtō, ainsi que des échanges.

Dates : 13 – 21 juillet 2019 et 10 – 18 août 2019 — Inscription : Calendrier

Retraite de formation

Cette retraite, appelée ango* dure deux mois. Elle est destinée aux moines et nonnes — ou éventuellement aux bodhisattvas*— qui assument des responsabilités dans un lieu de pratique, ou qui souhaitent s’engager plus profondément dans la Voie.

Le temps se partage entre zazen, cérémonies, rituels, samu, enseignements et entraînements aux différentes formes du zen Sôtô.

Les participants pratiquent zazen, prennent les repas et dorment, dans le dojo. Plongés dans la réalité de l’interdépendance, ils se détachent de leur égoïsme et portent une grande attention à l’autre.

Dates : 20 janvier – 20 mars  – Inscription : contacter secretariat@kanshoji.org

Pour effectuer une retraite à Kanshoji, il est nécessaire de prendre contact avec le secrétariat, par e-mail : secretariat@kanshoji.org ou par téléphone : +33(0)553520635.

Devenir membre de l’association

L’Association Zen Kanshoji fondée en 2002 a pour objet :

  • de permettre l’étude et la pratique du zen Sōtō, fondé par Bouddha Shakyamuni, maître Dōgen et maître Keizan et transmis en Europe par maître Taisen Deshimaru.
  • de diffuser et faire connaître l’enseignement et la pratique du zen Sōtō.
  • d’aider à réaliser une véritable liberté de l’esprit, une meilleure compréhension entre les hommes, sans discrimination de sexe, de race, de nationalité, de croyance ou de religion.
  • de pourvoir à l’entretien des moines et nonnes résidents au monastère.
  • d’assurer la formation des moines et nonnes.

Adhésion / Renouvellement à l’Association Zen Kanshoji

L’adhésion sera effective à la réception de votre règlement.

Adhésion ou renouvellement*

Cotisation, cotisation de soutien, tarif réduit **

* Conditions de tarif réduit: disponibles sur demande

Règlement

Date d'adhésion/renouvellement

Paiement en France :
  • Cheque Bancaire à l’ordre de l'AZK
  • Mandat postal ou virement Interbancaire
  • Crédit Coopératif Sarlat
  • No. 42559 00080 41020025915 33
Paiement depuis l'étranger :
  • Virement bancaire international uniquement.
  • Crédit Coopératif Sarlat
  • BIC: CCOPFRPPXXX
  • IBAN: FR76 4255 9000 8041 0200 2591 533