À la moindre considération, vous divaguez. Vous divaguez, c’est-à-dire vous quittez la voie. Les journalistes commentent toujours l’actualité. La vérité se suffit à elle-même, la vie c’est la vérité, la vérité c’est la Voie. Tous les commentaires qu’on y ajoute ne font que nous faire perdre la Voie, la vérité, la vie. À la moindre considération, nous divaguons. En zazen, nous laissons toute chose apparaitre et toute chose disparaitre, sans intervenir, sans contrôler – que ce soit agréable ou désagréable.

Au moindre commentaire, nous perdons la Voie. Chacun de nous doit faire face à la réalité de sa vie. Pour chacun, c’est comme ça, tel que c’est. Ici et maintenant, pour chacun, les images, les sensations, les émotions, les souvenirs… sont différents. Seulement accepter ce qui arrive, accepter ce qui s’en va. Seulement laisser naître, laisser mourir, sans bouger. Ne luttez pas avec les cornes de l’escargot. Laissez l’arbre de la vie se déployer dans l’univers.

À la moindre considération, vous tuez la magie de la vie. Tout ce qui est offert est à vivre, rien n’est à rejeter. S’il vous plaît, arrêtez de pleurer, de vous plaindre, d’accuser. Arrêtez de couper, casser, contrôler.

Dans le monastère chacun a un rôle, chacun a une position, chacun doit faire ce qu’il a à faire, rien d’autre. Ne prenez pas la place des autres, ne faites pas les choses à la place des autres. Si vous faites ce que les autres ont à faire, vous ne faites pas ce que vous avez à faire.

Tout commentaire, toute considération nous fait quitter la Voie et nous empêche de faire ce que nous avons à faire, c’est-à-dire se donner de tout cœur à la situation qui nous échoit, sans rien attendre pour soi. Quelles que soit les pensées qui glissent sur votre esprit, faites ce que vous avez à faire, sans vous en préoccuper.

Nous avons reçu une lettre de Minamizawa Zenji qui nous annonce entre autres la mort de son épouse, et il se souvient des 68 années passées avec elle. Et à la fin, il nous dit : « Je ne suis pas triste, mais je suis seul désormais, et j’entends bien assumer ma responsabilité d’abbé de Eihei-ji de tout mon cœur, jusqu’au bout. »

Taiun JP Faure, mars 2021

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.