On espère des lendemains qui chantent.

On espère que demain sera mieux qu’aujourd’hui. On pense : Demain, si j’ai plus d’argent, je serai plus heureux. Si j’ai plus de confort, je serai plus heureux… On court après le bonheur. Et plus on court après le bonheur, plus il s’échappe ; c’est que le bonheur véritable dépend de notre esprit profond. Courir après le bonheur, c’est le fuir. Le Bouddha enseigne de se libérer du moi, du je et du mien. C’est quand on est libre de tout, quand à chaque pas, à chaque instant on se libère, que chaque instant est un moment de bonheur.

C’est se tromper de direction que de poursuivre à tout prix le bonheur. Pratiquer la Voie, pratiquer la vie, pratiquer la vérité ; c’est se libérer à chaque instant des illusions, des entraves de l’égoïsme. Si nous visons à la libération, nous obtenons de surcroît le bonheur. L’esprit libre de tout, c’est le bonheur assuré.

Libre du moi, libre de tout.

Regardez la joie du poisson dans la flaque d’eau… une vie ô combien menacée ! Regardez la joie de la nature : les nuages glissent dans le ciel, la pluie bienfaisante nourrit les plantes, les oiseaux chantent, les fleurs éclosent.

Le pauvre poète Verlaine, jaloux, noyé dans l’absinthe, écrit cependant :

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là
Simple et tranquille…

Taiun JP Faure, Septembre 2021

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.